Alertés par des clients mécontents, nous nous sommes penchés sur les avis laissés sur l’Aqualud du Touquet sur le site de conseils Tripadvisor : Surprise, le parc quatique fait l’unanimité contre lui depuis un mois.

Ces clients ont passé un après-midi de la semaine dernière à l’Aqualud, entre amis et avec leurs enfants.
Si ces derniers se sont amusés, les parents, eux, décrivent un décor cauchemardesque.
« Des couches sales dans les vestiaires, des poils partout, de l’eau bouillante dégoulinante d’une canalisation, des urinoirs pleins à ras bord et une odeur d’urine insupportable. Ce n’est absolument pas digne d’un parc de jeux », nous confient-ils.

À leur arrivée dans l’espace des bassins intérieurs, pas de chance.
« On nous a fait patienter près du bord, avec interdiction d’entrer dans l’eau parce que quelqu’un venait de faire caca.
Il a donc fallu attendre qu’un salarié arrive avec sa grosse épuisette…
Franchement, après l’épisode des casiers, au système archaïque… C’était un vrai sketch !
Sans parler d’un snack à deux pas des bassins.
»

Des soucis d’hygiène et d’organisation, pointés par nos interlocuteurs, qui s’ajoutent à la vétusté connue de ce parc aquatique, le plus grand au Nord de la France, qui date des années 80.

À 14,90 euros, le prix d’entrée d’un adulte pour une demi-journée (19,50 euros pour la journée complète), et 12 euros pour un enfant (14,90 euros la journée complète), la pilule a du mal à passer.

Aqualud 01

Qualité/prix, propreté et vétusté pointées du doigt

Sur TripAdvisor, on comprend que le problème est plus général que trois ou quatre clients mécontents ou plus râleurs que les autres.
Depuis un mois, les vives critiques s’accumulent sur la plateforme.
Sur 640 avis recensés au total, la note n’est que de 2,5 sur 5, avec 43 % d’avis jugeant le parc «  médiocre  » ou «  horrible  ».
Une avalanche de mauvaises opinions.
« Du vol pour de telles prestations », « Escrocs ! », « Honteux », « Insalubre et délabré », « Une horreur », « Ne recommande à personne », « Il faut fuir cet endroit »… peut-on lire, entre autres.
Les avis sont sévères, à l’exception de rares points de vue plus mesurés.
Dans l’ensemble, les clients pointent un rapport qualité/prix très décevant, des conditions d’hygiène limites et une sérieuse vétusté.
Et la page Facebook du parc ne dit pas autre chose.

Quand on sait qu’en un clic, on se forge une opinion sans même se déplacer, on peut craindre les conséquences à long terme sur la réputation de ce parc qui fait pourtant partie des institutions de la station.

photo0jpg

{tab title= »Le nouveau directeur évoque « un record d’affluence » » align= »justify » class= »blue solid color_content »}

Gilles Yvonnet, un Breton venu du monde de l’hôtellerie, est arrivé à la tête d’Aqualud le 15 avril.
Il ne nie pas les problèmes soulevés par la clientèle, mais avance une affluence record qui a désorganisé, par moments, le parc.
« On a connu en août, une affluence exceptionnelle, avec plus de 2 000 entrées par jour, voire un record à 2 400, contre 1 400 à 1 600 en général. On a été débordé » explique-t-il d’emblée, conscient que l’image du parc en a pâti cet été.

Il assure que la centaine de salariés «  ont fait leur boulot du mieux qu’ils le pouvaient et n’auraient pas pu faire plus  ».
Il évoque, de son côté, «  une clientèle pas toujours facile qui, après avoir attendu parfois très longtemps pour accéder au parc (ce dernier ne peut accueillir plus de 1 860 personnes en même temps, ndlr),  a houspillé ou insulté le personnel  ».

Sans excuser les clients indélicats, on ne peut toutefois pas se satisfaire de l’argument fréquentation, sachant que celui venu en plein mois d’août a payé le même prix que s’il était venu en mai et qu’à ce titre, il est en droit d’attendre des prestations équivalentes
« Évidemment, admet le nouveau directeur. Et nous allons travailler notre organisation pour que les choses soient plus fluides. Mais nous sommes aussi sur des ressentis.
Car nos équipes de nettoyage étaient bien sur le pont dès 4 h du matin tous les jours.
Après, il y a des choses qu’on ne peut pas faire au milieu des gens…
 »

Il assure, par ailleurs, que des investissements sont prévus.
« On va faire des travaux de sécurisation, comme remplacer des carreaux de la verrière de la Pyramide. Trois cent mille euros seront investis cet hiver. »
Selon lui, une réflexion a démarré sur d’autres travaux de rénovation.
Il entend ainsi faire taire les rumeurs qui parlent d’une fermeture prochaine pour expliquer un certain laisser-aller. Maintenant, il faudra sûrement plus que quelques centaines de milliers d’euros pour donner au parc un vrai coup de jeune…

{/tabs}

bg ticket

{tab title= »Sur place, l’impression d’un parc en fin de vie » align= »justify » class= »red solid color_content »}

Après avoir lu les pires commentaires possibles sur Internet, on s’est décidé à aller voir si, comme beaucoup le disent, l’Aqualud connaît des vrais problèmes de vétusté.
Du côté des casiers, rien à signaler, si ce n’est de l’eau qui goutte des canalisations.
Avant d’accéder aux bassins et toboggans, direction les douches et WC : expérience largement plus folklorique.
Une des pissotières est remplie d’urine, deux autres ont rendu l’âme.

Aqualud VDN 02

Au sol, dans les coins, la moisissure s’est fait une belle place sous les néons.
Claquettes fortement recommandées.
Les pommeaux de douche, eux, crachent une eau très (trop ?) chaude.
On ne s’attarde pas.

Ruine

Arrivé dans l’espace aquatique, on respire : l’eau des bassins est claire, à bonne température.
On marche sur un sol plutôt propre, sans mauvaise surprise.
En ce jeudi après-midi, Aqualud connaît une belle affluence, malgré un ciel couvert.
En levant les yeux à l’entrée du bassin principal, on distingue de nouvelles traces de moisissure, nombreuses.
Malgré les efforts apparents, l’ensemble demeure vieillissant, à l’image de cette statue qui tombe en ruine.

Aqualud VDN 03

Avant de partir, passage par le bassin entre les douches femmes et les casiers.
Encore de la moisissure sur le mur, décidément.
Sauf que cette fois-ci, de l’eau bouillante s’écoule le long de la paroi, à portée de tous.
Un petit bout de chou passe au même moment : «  Eh maman, c’est quoi ça sur le mur ? », demande le candide en approchant la main.
Sa mère la retire illico, avant de partir en fulminant.

Aqualud VDN 01

{/tabs}

Source : VDN

0:00
0:00